A propos du riz…

Quand on vit à La Réunion, le riz fait partie de tous les repas !

Alors j’ai envie de vous en dire un peu plus sur cette céréale, qui est pleine de bienfaits pour notre santé, à certaines conditions toutefois…

Première bonne nouvelle, le riz est une céréale sans gluten, ce qui en fait un aliment consommable par tous, y compris par les intolérants au gluten de plus en plus nombreux !

Quelles vitamines trouve-t-on dans le riz ?

Le riz est composé à environ 80% de glucides, 7-8% de protéines, 3% de graisses, 3% de fibres et 6-7% de minéraux, vitamines et autres phytonutriments.

Le riz complet (ou riz brun) contient en outre des vitamines du groupe B , mais aussi du fer, du zinc et des acides aminés essentiels (source lanutrition.fr).

Il est toutefois important de noter que le riz blanc (raffiné) contient deux fois moins de vitamine B3 (niacine), trois fois moins de magnésium et deux fois moins de manganèse que le riz complet ! Il est donc nettement moins nutritif mais il a un index glycémique (IG) beaucoup plus élevé.

Qu’en est-il justement de l’IG du riz ? Sujet complexe, car les effets du riz sur le sucre sanguin dépendent :

  • de la quantité d’amylose, une forme d’amidon, que renferme le riz : moins il y en a, plus la glycémie s’élève,
  • du niveau de transformation : plus le riz est transformé, plus la glycémie s’élève,
  • et du procédé de cuisson.

Concrètement sur le plan de l’IG, un riz complet ou un riz basmati seront préférables (à cause des fibres insolubles pour le 1er et de la richesse en amylose pour le 2e). Le plus mauvais riz pour la glycémie, et donc le plus dangereux pour les diabétiques qui sont malheureusement nombreux à La Réunion, sera le riz gluant des plats chinois, thaïs et japonais…  

L’IG du riz basmati, d’un riz sauvage ou du riz complet sera d’environ 58 (la base 100 étant le glucose pur), ce qui correspond à une élévation modérée de la glycémie. Le riz gluant lui affiche un IG de 98, c’est-à-dire proche de celui du glucose pur. Entre les 2, le riz blanc cuit à l’eau a un IG d’environ 65…

En conclusion, pour bénéficier des vertus du riz, choisissez-le coloré (rouge ou noir) ou complet (brun).

Et si vous voulez absolument du riz blanc, choisissez le basmati.

Dans tous les cas, à moins d’être très sportif, le riz ne doit pas représenter plus du quart de votre assiette.

Bon appétit !

Pour recevoir les nouveaux articles de C’est ma Nature ! abonnez-vous en renseignant votre adresse mail ci-dessous :

L’alimentation hypotoxique

L’alimentation que j’appelle hypotoxique est une alimentation simple, saine et vitale, qui va permettre au corps de retrouver des nutriments indispensables et de se revitaliser tout en dépensant moins d’énergie pour la digestion.

Notre alimentation moderne est majoritairement pourvoyeuse de calories « vides », c’est à dire qu’elles se contentent de fournir de l’énergie via les macronutriments (glucides, lipides et protéines) mais sont presque totalement dépourvues des micronutriments essentiels (vitamines, sels minéraux, oligo-éléments, etc).

L’alimentation hypotoxique repose sur les 4 grands principes suivants :

1 • Je consomme le moins possible d’aliments transformés et idéalement plus du tout d’aliments ultra-transformés (AUT). Je cuisine des produits bruts, de bonne qualité et si possible bio, pour avoir la maîtrise de ce que je mets dans mon assiettes et éviter d’ingurgiter trop de substances toxiques qui n’ont rien à y faire (pesticides, colorants, conservateurs, etc.).

Le fait de limiter la consommation d’AUT réduira de fait les apports excessifs en sucre, en sel et en mauvaises graisses car cette catégorie de nourriture en contient beaucoup (trop) !

Lire l’article sur la Malbouffe https://cestmanature.home.blog/2019/12/27/malbouffe/

>> Pour réduire ma consommation de sucre, j’évite les boissons industrielles (sodas), les céréales raffinées, le pain blanc (à remplacer avantageusement par des céréales complètes), les desserts et gâteaux industriels, etc.

>> Pour réduire ma consommation de sel, j’agrémente les plats avec des épices, des herbes et des aromates qui au-delà de leur saveur, sont de puissants anti-oxydants.

Dans le même esprit, je m’efforce de manger local et de saison, ce qui me garantit :

  • des produits à maturité ayant plus de goût et une meilleure valeur nutritionnelle,
  • des produits en circuits-courts, ce qui en réduit le bilan carbone et préserve l’environnement.

2 • Je privilégie une alimentation à large dominante végétale et colorée : au moins 50% du poids total de mes aliments quotidiens sous forme de végétaux, quelle qu’en soit la forme : crus, secs, fermentés ou cuits.

Ce régime alimentaire a le gros avantage de s’accorder parfaitement à notre physiologie digestive et à notre microbiote intestinal.

Voici les principales raisons qui font que les légumes sont d’excellents aliments pour notre santé et notre vitalité :

  • Riches en fibres > augmentent la satiété
  • Riches en eau > ils aident à maintenir une bonne hydratation 
  • Pauvres en calories (densité calorique faible)
  • Riches en vitamines et minéraux (haute valeur nutritionnelle)
  • Riches en antioxydants

En outre, les pigments qui déterminent la couleur de certains légumes sont des composés phyto-chimiques qui constituent de véritables bienfaits nutritionnels pour notre organisme et notre métabolisme. Une assiette pleine de couleurs sera donc le gage d’un repas non seulement joli à voir, mais surtout varié et satisfaisant sur le plan des apports nutritionnels.

3. Je réduis les apports en aliments à IG élevé.

En effet, toutes les calories ne se valent pas et tous les aliments n’ont pas le même impact sur les graisses corporelles. Les aliments sucrés, raffinés et transformés font monter le taux de sucre sanguin très vite et très fort, ce qui perturbe le contrôle de la glycémie par l’organisme. On dit qu’ils ont un index glycémique (IG) élevé. Une alimentation riche en glucides transformés favorise une réponse hormonale qui conduit à transformer les calories apportées par ces aliments en graisses corporelles.

Les aliments à IG bas sont principalement les légumes, ce qui nous ramène à notre principe d’alimentation à dominante végétale.

Les aliments à IG moyens sont principalement les légumineuses, ainsi que les céréales complètes (non raffinées).

Et les aliments à IG élevé… (tu l’auras déjà compris…) se retrouvent très largement parmi les AUT !! Eh oui, tu vois, c’est simple et cohérent l’alimentation hypotoxique 😉

4. Je choisis les bonnes graisses.

La qualité des graisses que nous avalons influence de nombreuses fonctions biologiques essentielles : l’équilibre de l’humeur, la fluidité du sang, le niveau d’inflammation de l’organisme etc. On ne mange pas forcément trop de gras mais on mange souvent trop de « mauvais » gras.

La santé est dans l’équilibre entre les principales familles de graisses. Voici mes conseils pour t’aider à t’y retrouver :

>> Les acides gras « trans » :  à fuir !

On les retrouve dans les AUT (encore !!) en particulier les plats préparés, viennoiseries, biscuits sucrés et salés, etc..

>> Les acides gras saturés : à limiter… (1/4 de la consommation de graisses quotidienne)

Il s’agit essentiellement des produits d’origine animale : fromage, beurre, viandes grasses, mais aussi de l’huile de palme, des biscuits ou des chips (AUT toujours !!).

Ces acides gras saturés sont nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme, mais nous les consommons aujourd’hui en excès, ce qui augmente le risque de maladies cardio-vasculaires.

>> Les acides gras insaturés : à favoriser (3/4 de la consommation de graisses quotidienne). Surtout des oméga 9 et 3, les oméga 6 dans une moindre mesure.

Dans le cadre d’une alimentation hypotoxique, pour réduire l’apport en mauvaises graisses, je diminue la consommation de produits d’origine animale (viandes, charcuteries, fromages, beurre, margarine, etc…) et je les remplace par des poissons gras, des avocats, de l’huile d’olive, des oléagineux etc.

Pour approfondir ces sujets et les mettre en application dans ton quotidien, c’est ici

Pour modifier profondément et durablement tes habitudes alimentaires, c’est ici

Malbouffe !…

Quelques chiffres qui font réfléchir…

Extraits du livre de Loïc Prud’homme « Malbouffe : un député met les pieds dans le plat » (Ed. T. Souccar)

Si vous avez envie de modifier favorablement votre alimentation et vos habitude vie, il existe plusieurs solutions simples :

  • suivre le blog C’est ma Nature ! C’est un bon début pour prendre conscience de ce qui est bon ou pas pour vous, ainsi que pour renforcer votre motivation pour engager des changements.
  • vous inscrire au programme de coaching individuel « poids de forme et vitalité » (infos ici).
  • organiser chez vous un ou plusieurs ateliers pour apprendre à manger plus sainement (infos ici)
  • participer à un stage Yoga & Alimentation Saine (infos ici)

Bien dans mon assiette, bien dans mes baskets et bien dans ma tête !

Vous savez maintenant que la naturopathie utilise plusieurs méthodes complémentaires mais toujours naturelles pour aider chacun à optimiser sa vitalité.

Ma conception de la vitalité englobe 3 aspects essentiels, inséparables et totalement reliés : l’alimentation, l’exercice physique et l’équilibre émotionnel.

Bien dans mon assiette !

Bien dans mes baskets !

Bien dans ma tête !

Une alimentation saine, une activité physique adaptée alternant avec des phases de détente, une bonne gestion émotionnelle et des relations sociales épanouissantes définissent pour moi le socle de la bonne santé et devraient idéalement conduire à un minimum d’intervention sur l’organisme.

Tous les programmes et ateliers de C’est ma Nature ! sont basés sur ce triptyque : assiette, baskets et tête 😉

Cela ne m’empêchera pas d’inclure en fonction des besoins et si cela est justifié et utile, des soutiens et apports issus de la phytothérapie, de l’aromathérapie, de l’homéopathie ou de toute autre méthode naturelle pertinente.

La naturopathie est un « art de vivre » et à ce titre, elle est ouverte et toujours curieuse, jamais figée ni doctrinale, c’est ce qui en fait toute la valeur et tout l’intérêt !

C’est quoi la naturopathie ?

Les conseils que vous trouverez sur ce blog sont issus de la naturopathie.

C’est quoi la naturopathie ?

C’est un ensemble de méthodes pour retrouver ou conserver une vitalité optimale (énergie, mobilité, capacités intellectuelles, beauté, sommeil, poids de forme etc), en adaptant ses habitudes de vie de manière à ce qu’elles correspondent aux besoins réels de son organisme, en accord avec la nature.

La naturopathie est donc d’abord une prise de conscience. C’est ensuite un art de vivre au quotidien, et ça peut devenir une philosophie.

Quelles sont les techniques utilisées par la naturopathie ?

La règle de base est qu’elles soient toutes et toujours issues de la nature.

On pourra ainsi utiliser :

– des techniques de rééquilibrage alimentaire (on parle de bromatologie)

– des techniques liées à l’activité physique et à la respiration (marche, natation, fitness, yoga, pilates, cohérence cardiaque, etc.)

– des techniques utilisant les plantes (phytothérapie, aromathérapie, huiles essentielles, etc.)

– des techniques de relaxation (sophrologie, méditation, etc.)

– des techniques manuelles et réflexes (ostéopathie, massages, réflexologie, etc.)

– de techniques énergétiques et vibratoires (acupuncture, magnétisme, do-in, etc.).

La naturopathie est toujours et uniquement une approche complémentaire.

Elle ne se substituera jamais à la médecine conventionnelle allopathique. Certaines pathologies devront être prises en charge par un médecin et si vous suivez un traitement médical spécifique, il ne sera jamais question de l’arrêter.

Après une étude approfondie de votre situation personnelle au travers d’un bilan de vitalité, la naturopathie vous proposera simplement des habitudes de vie plus saines ou des solutions naturelles pour renforcer votre organisme, booster votre vitalité, mieux supporter certaines douleurs ou traverser plus sereinement certaines périodes difficiles (ménopause, prise de poids, stress chronique, burn-out, etc…).

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer